25 mai 2019 : MERCI aux 500 personnes présentes !

La manifestation du 25 mai 2019 aura été très certainement un évènement fondateur de la mobilisation citoyenne dans les 3 villes Gagny, Villemomble et Le Raincy : tous contre le projet de la Gabinienne d’Aménagement.

La manifestation s’est merveilleusement bien déroulée grâce à tous les participants et à l’encadrement assuré de mains de maîtres par les associations ENDEMA93, Gagny Action Citoyenne, l’Association des Résidents du Parc Carette et les membres du Collectif Carrières de l’Ouest.

Toutes les générations étaient représentées, dans une ambiance bon enfant. Banderoles, pancartes tous les accessoires avaient été préparés avec le coeur et on l’a ressenti.

Près de 1500 tracts ont pu être distribués tout au long du parcours pour informer les citoyens qui ont vu passer le cortège. Résultat, le nombre de signatures de la pétition en ligne est en train de grimper en flèche et le nombre d’abonnés à la page Facebook dépasse maintenant largement les 400 personnes.

Plusieurs élus des communes de Villemomble, Gagny et Le Raincy ainsi que les Députés des deux circonscriptions concernées ont rejoint le cortège et ont soutenu le Collectif par leur présence. Nous les remercions vivement. Nous aurons besoin de leur poids dans les différentes instances.

Nous remercions tous les photographes qui nous fournissent leurs images au fur et à mesure qu’ils les trient et les sélectionnent.

Crédits photos : Frédéric Panserrieu, Isabelle Pouillaude, David Pereira, David Atlani …

La Finlande démontre les effets bénéfiques de la forêt sur la santé et le bien-être

plus spécifiquement en zone urbaine

Une étude Finlandaise met en avant le bienfait de la nature et de sa présence dans notre tissu urbain, pour notre mental et notre psychologie, et pour notre santé en général.

Malgré l’urbanisation, beaucoup de Finlandais sont encore très attachés à la nature et apprécient beaucoup les possibilités qu’offre leur cadre de vie pour mener des activités physiques et profiter de la nature. 

La majorité des bénéfices tirés de la forêt en matière de santé viennent plus spécifiquement des forêts urbaines et périurbaines, du fait de leur proximité et de leur accessibilité.

Les forêts constituent en effet un élément important dans les infrastructures vertes des villes finlandaises.

Elles permettent de créer des paysages urbains « verts » et contribuent à la qualité du cadre de vie, que ce soit au travail ou à la maison. Ces avantages se traduisent d’ailleurs par des prix de l’immobilier plus élevés.

Cependant, les vertus des forêts sur la santé humaine sont le résultat de multiples bienfaits qui se renforcent réciproquement. 

Les forêts gérées pour leurs fonctions paysagères et de loisirs constituent un cadre favorable à la santé grâce à leur capacité à réduire la vitesse du vent, à amortir le bruit et améliorer la qualité de l’air ; elles fournissent un cadre propice aux expériences de la nature et à la récupération. 

La sauvegarde de la biodiversité joue parfois également un rôle clé dans la gestion des forêts urbaines, ce qui est très apprécié par les utilisateurs.

le niveau de stress est baissé

Les résultats de cette étude montrent que les espaces naturels constituent des ressources importantes de récupération du stress, permettant par exemple de récupérer après le travail.

Il a été trouvé que les expériences de récupération du stress dans des milieux naturels étaient plus fortes que dans les parcs ou aménagements situés en zones bâties. 

De plus, le ressenti positif des citadins dans les espaces verts était lié à leur assiduité à fréquenter ces espaces verts. Les sentiments positifs (concentration, motivation et vitalité) augmentent lorsque les espaces verts sont utilisés plus de cinq heures par mois.

Dans l’expérience finlandaise, les participants (au nombre de 95) étaient des personnes d’âge moyen en activité, majoritairement des femmes, à qui il a été demandé de visiter différents sites : parc urbain, espace boisé urbain et centre-ville. Chaque sortie consistait à passer 15 minutes assis en contemplation suivies d’une demi-heure de promenade guidée. Selon cette étude, ces sorties de courte durée dans les espaces naturels avaient une incidence positive sur la récupération perçue du stress, comparées à la promenade dans un cadre bâti. En termes de récupération du stress, le grand parc urbain et la grande zone boisée urbaine ont eu un effet positif.

conséquences favorables sur la santé cardiovasculaire

Les sorties dans les espaces verts urbains sont associées à de brèves modifications favorables des facteurs de risque cardiovasculaires. On peut supposer que ces effets s’expliquent par une récupération du stress psychologique aidée par une moindre pollution atmosphérique ainsi qu’une plus faible exposition au bruit pendant ces sorties.

Institut des ressources naturelles de Finlande, Virtunature, 2017-2019

Voir le contenu total de l ‘article de cette étude avec ce lien.

25 mai : Grande Marche & Pique-Nique

Objectif

Afin de montrer aux élus des communes concernées (Gagny, Le Raincy et Villemomble) ainsi qu’aux élus de l’Établissement Public Territorial Grand Paris Grand-Est, aux responsables de l’Etat (Sous-Préfet du Raincy, Préfet de Seine-Saint-Denis) et à l’aménageur (Gabinienne d’Aménagement) que le projet qui nous est présenté n’est pas accepté par la population, nous vous convions tous, le 25 mai 2019, à une Grande Marche qui se terminera en Pique-Nique géant sur la Dhuys en proximité directe avec les Carrières de l’Ouest.

Pour pouvoir estimer assez finement le nombre de participants, nous avons mis en ligne un sondage et un évènement sur notre page Facebook. N’hésitez pas à faire suivre ces liens à votre entourage pour mobiliser massivement.

Parcours

Comme pour toute manifestation sur la voie publique, une demande d’autorisation a été faite et nous attendons confirmation de l’autorisation par les autorités. Nous vous tiendrons informés sur ce site et sur la page Facebook du Collectif.
D’ici là, nous pouvons vous indiquer le parcours demandé et une indication des horaires estimés de passage aux différents points.

Plan

Le plan du parcours que nous avons demandé dans notre déclaration de manifestation est visible sur Google Maps

Horaires de passage estimés à quelques étapes clef du parcours

  • 10h50 – 11h15 : Rassemblement Place du Général de Gaulle, Le Raincy
  • 11h15 : Départ cortège
  • 11h30 : Entrée dans N302 / Grande Rue, Villemomble
  • 11h45 : Marché de l’époque, Villemomble
  • 12h00 : croisement N302 – D370, Gagny
  • 12h10 : Arrivée Mairie de Gagny, Gagny
  • 12h40 : Départ Mairie de Gagny, Gagny
  • 13h10 : Allée de la Dhuys, Gagny
  • 13h15 : Arrivée à la jonction entre l’allée de la Dhuys et l’allée Notre-Dame des Anges, Le Raincy

Nos précisions sur les approximations du Gagny Mag de Mai 2019

Suite à la communication affichée dans le Gagny Mag du mois de Mai 2019, le Collectif Carrières de l’Ouest apporte les précisions suivantes :

Gagny Mag Mai 2019
1. « La ville de Gagny n’a délivré aucune autorisation …sur les zones concernées »

FAUX : Le PLU actuel de Gagny dans sa rubrique OAP Chemin des Bourdons permet bien d’implanter la phase 1 du projet dont la demande de permis de construire pour les 374 premiers logements a été déposée et, surtout, le Maire de Gagny a autorisé, le 15 novembre 2018, la SAS Gabinienne d’Aménagement à déposer auprès de la DRIAAF une demande d’autorisation de défrichement de la parcelle cadastrée CA35 propriété de la commune sise 42 chemin des Bourdons !

2. « Le dossier est totalement piloté au nom de l’Etat par le Préfet … »

FAUX. Le Maire de Gagny est partie prenante depuis le début de l’affaire puisqu’il a reçu, comme la loi le prévoit, tous les arrêtés préfectoraux lui demandant de faire respecter, par exemple, la mise en demeure de la société Marto de sécuriser son site. Dernièrement, les choses se sont accélérées et, là-encore, le Maire de Gagny est à la manœuvre comme l’indique l’Inspection Générale des Carrières dans son Bilan d’Activité 2016 pour la Seine-Saint-Denis

MISE EN SÉCURITÉ ET AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE

En 2016, l’IGC a participé à la demande du Préfet de Seine-Saint-Denis et du Maire de Gagny à un groupe de travail dans le cadre du projet de sécurisation de l’ancienne carrière de l’Ouest à Gagny qui pourrait se traduire par un projet d’aménagement urbain du site.

3. « L’obligation faite aux exploitants …ne s’applique pas au propriétaire actuel qui n’a jamais exploité le site »

FAUX. Nous invitons la Mairie de Gagny à prendre connaissance du « Guide de gestion des cavités souterraines à l’usage des Maires » édité par le Cerema (Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement) à la demande du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire. Il y trouvera un chapitre entier lui expliquant les responsabilités du Maire et des Collectivités. L’article 552 du code civil dit très simplement que le propriétaire d’un terrain est propriétaire des cavités situées sous ce terrain et l’article 1384 du code civil dit très clairement que le propriétaire est responsable des dommages.
Ce guide édité par le Cerema est tellement bien fait qu’il fournit même un modèle de convention à établir impérativement entre la Mairie et les propriétaires de terrain dont les cavités sont connues. Et de plus, le guide est gratuit !

4. « L’exploitation des carrières ayant cessé … l’Inspection Générale des Carrières »

VRAI mais l’inspection Générale des Carrières alerte depuis les années 1990 de la nécessité de sécuriser les Carrières. Il aura fallu 30 ans pour que les choses bougent enfin mais dans quel sens ? Certainement pas dans le sens de l’intérêt des Gabiniens et de leurs voisins du Raincy et de Villemomble. Si le problème avait été traité en temps et en heure par la Mairie de Gagny, comme elle le devait, les citoyens auraient largement eu le temps de participer à l’élaboration même d’un projet. Au lieu de cela, on vend aux intérêts privés pour construire et on détruit un espace naturel (Zone N sur le PLU actuel)

5. « Le Préfet a donc prescrit le comblement de cette carrière pour des raisons de sécurité, l’effondrement d’un pilier pouvant mettre en péril une vingtaine de maisons situées sur Le Raincy »

FAUX. Les Préfets, par leurs différents arrêtés ont mis en demeure le propriétaire du terrain, de réaliser des travaux de sécurisation du site pour sécuriser les habitations au Nord des carrières mais aucun ne mentionne « une vingtaine de maisons ». Aucun arrêté de péril n’a été émis pour avertir les habitants des maisons à risque qui n’étaient au courant de rien jusqu’à la mise en place du Collectif. Certains ont même obtenu des autorisations de construire !
Les Préfets ont demandé l’assistance technique de l’Inspection Générale des Carrières sur le projet de comblement proposé par la Gabinienne d’Aménagement et le propriétaire Groupe Marto Finances. Cette dernière a validé que l’approche proposée était valide au regard du projet immobilier envisagé.
Ne nous trompons pas, le projet de comblement proposé par l’aménageur a pour finalité la construction d’un méga programme immobilier et, au passage, il sécurise les maisons à risque. On ne cherche pas seulement à sécuriser les maisons à risque.

6. « Afin de pouvoir réaliser ce comblement dont le coût s’élèvera au moins à 40 millions d’euros, le Préfet a admis la nécessité d’une opération immobilière sur ces terrains, après leur sécurisation »

FAUX. L’étude de sécurisation réalisée par le bureau d’étude SEMOFI et mise à disposition par la société d’aménagement sur le site web de la concertation préalable présente très clairement un chiffrage à 14 M€ et pas 40 M€ !
Par ailleurs, les arrêtés préfectoraux n’obligent en rien la construction de 120 000 m² de plancher mais acceptent un minimum de 20 000 m². Il y a une très grosse marge entre ces chiffres.
Comment la Mairie de Gagny peut faire de telles approximations si ce n’est pour justifier, elle aussi, la nécessité du projet …

7. « Depuis plus d’un an se tiennent des réunions …afin d’étudier ce dossier »

VRAI. Des réunions se tiennent en effet mais en catimini dans l’objectif unique de valider le projet qui nous est présenté. Aucune ambition de la Mairie de Gagny pour faire de cette réhabilitation une opportunité de consultation de la population pour aboutir à un véritable projet d’intérêt général. En vérité, la Mairie de Gagny a laissé la société Groupe Marto Finances proposer son dossier et avancer doucement vers une urbanisation totale des 14 ha.

8. « Le Préfet a missionné une association spécialisée dans la concertation qui a déjà organisé des réunions et des permanences ouvertes à tous »

VRAI et FAUX. Une association est bien missionnée mais la concertation est un échec total : quelques citoyens présents par manque d’information, absence des élus des trois villes impactées, rejet massif et clairement exprimé par la population. Il ne s’agit pas d’une concertation sur le projet mais d’une présentation d’un projet finalisé.

Conclusion

5 FAUX, 1 demi FAUX / demi VRAI et seulement 2 VRAI sur 8 points, le compte n’y est pas. Nous nous tenons à la disposition de la Mairie de Gagny pour un entretien de vive voix qui nous permettra d’exposer combien les citoyens sont mobilisés contre ce projet et créatifs et capables de véritables propositions d’intérêt général.

Déchets des Carrières de l’Ouest : comment être sûr de leur innocuité ?

nous demandons la preuve qu’il n’y pas d’amiante !

Dans son avis en date du 28/02/2019, la MRAE émet la réserve suivante sur l’étude d’impact réalisée et présentée par l’aménageur du projet (Gabinienne d’Aménagement) :

La MRAe recommande de justifier l’absence de recherche dans les sols des BTEX (benzène, toluène, éthylbenzène, xylènes), des PCB28 (polychlorobiphényls), des COHV (composés organo-halogénés volatils) et de l’amiante.

Avis MRAE en date du 28/02/2019, page 13 sur 29

Dans son document de réponses, l’aménageur indique :

Comme l’indique la description des investigations complémentaires en cours ci-dessus, les BTEX, les PCB et les COHV seront bien recherchés dans les sols. Concernant l’amiante en revanche, le dernier exploitant dans ses activités de démolition nous a déclaré n’avoir jamais utilisé le site pour l’élimination de déchets amiantés, ceux-ci relevant de filières spécialisées et contrôlées.

Réponses à l’avis de la MRAE, page 24 sur 44

On notera donc que les seules déclarations de la société Marto suffisent à évacuer la question des déchets amiantés pour l’aménageur…
Au titre de la sécurité et de la santé publique pour tous les riverains du projet, on aurait aimé que la réponse soit nettement plus étayée !
Ce sera une de nos demandes à Mr le Sous-Préfet, le 20/05/2019.

Le dossier des Carrières de l’Ouest : une longue histoire qui s’accélère aujourd’hui

ou comment l’incapacité des autorités à se faire respecter conduit à laisser ce Poumon Vert unique en son genre disparaître !

L’association ENDEMA93 publie sur son site un historique détaillé et des documents précieux qui permettent de bien comprendre comment nous en sommes arrivés, aujourd’hui, à devoir nous élever avec force contre le projet insensé de réhabilitation des Carrières de l’Ouest par la SAS Gabinienne d’Aménagement pour lequel chacun des décideurs se décharge de sa responsabilité sur l’autre.
Le Maire de Gagny se décharge sur l’Etat représenté par le Préfet, le Préfet invoque l’inaction des élus et le devoir de sécurisation, l’Etablissement Public Territorial Grand Paris Grand Est laisse le projet se dérouler pour « créer du logement » alors que les objectifs de croissance en la matière sont déjà planifiés et tenus sans devoir aménager les carrières.
Aucun n’a une véritable vision de l’intérêt général des habitants du secteur impacté.
Aucune réflexion n’a véritablement été menée sur les conséquences d’une telle implantation d’un nouveau quartier de 5000 habitants.
On va donc laisser les habitants en place perdre en qualité de vie et on va dégrader leur bien-être mais on créé également toutes les conditions pour que les nouveaux habitants souffrent rapidement de mauvaises conditions de vie dans leur nouvel habitat.

L’inertie, l’attentisme, l’immobilisme et le manque de vision de l’administration ainsi que la négligence, l’incompétence, voire la connivence des élus qu’on peut tout à fait interroger, permettent à des promoteurs, qui savent très bien activer les bons leviers ou les bonnes personnes de l’administration, de sacrifier le dernier Poumon Vert du secteur.

Nous nous associons à l’ENDEMA93, à France Nature Environnement, aux Sentinelles de la Nature pour dénoncer ce projet fou, alerter les citoyens et provoquer une véritable concertation publique d’envergure, en phase avec l’ampleur du projet et la surface de la zone.

Quelques références à lire en complément

Stop au bétonnage !

nous voulons un éco-parc sur le site des Carrières de l’Ouest

Nous, collectif de citoyens de Gagny, du Raincy et de Villemomble, sommes opposés au projet de réhabilitation des Carrières de l’Ouest à Gagny, dites Carrières Marto, par la construction d’une zone urbaine comprenant 2000 logements et un supermarché après avoir rasé et défriché les 14ha du site.

Grâce à ce site web, nous souhaitons partager toute la connaissance que nous avons de ce dossier et promouvoir les projets alternatifs dans l’intérêt général des habitants actuels du secteur qui seront directement impactés par les conséquences d’une telle implantation.

En premier lieu, nous nous interrogeons sur les véritables raisons qui sous-tendent le projet. Pourquoi une telle urgence à sécuriser une vingtaine de maisons qui jouxtent les Carrières alors qu’elles sont en place, sans aucun désordre, depuis plus d’un siècle pour certaines ? Pourquoi, la société Marto Finances n’a-t-elle jamais été inquiétée alors qu’elle a fait l’objet de plusieurs arrêtés préfectoraux l’enjoignant de tenir ses engagements de comblement des carrières dans le respect de la convention établie avec l’Inspection Générale des Carrières et sans polluer les sols ? Pourquoi cette même société Marto Finances est-elle autorisée, aujourd’hui, à proposer un projet d’aménagement qui l’exonère de toutes ses responsabilités.

Par ailleurs, nous considérons que la commune de Gagny et l’établissement public territorial Grand Paris Grand Est auraient dû faire preuve d’une toute autre ambition en promouvant des projets de sauvegarde et de maintien de la biodiversité faunistique et floristique en place.

Nous considérons qu’en l’état, le projet proposé par la société d’aménagement SAS Gabinienne d’Aménagement sacrifie l’intérêt général au profit de l’intérêt des promoteurs. A l’heure des politiques de la ville portées sur la réintégration des espaces verts en zone urbaine pour le bien-être de tous, ce projet propose de réitérer les erreurs commises en Seine Saint Denis durant tout le XXemesiècle.

Nous, collectif de citoyens affirmons que nous ne laisserons pas faire ce projet d’un autre temps, nous voulons que l’intérêt général soit rétabli et pas manipulé via la Procédure Intégrée au Logement (PIL), nous souhaitons une sauvegarde réelle des espaces verts et une vraie concertation avec des projets alternatifs.